Résidence Beaurivage

Auteur(e) : Isabelle BOURNAT

Prix : 11 €

Genre : Théâtre

Parution : 07 mars 2012

ISBN : 978-2-915459-76-0

Pages: 140

Comédien(s) : 9

Comédienne(s) : 9

 

Résumé :

La vieillesse en maison de retraite, on pourrait imaginer que c'est le train-train propice au repos. Pas vraiment ! Les situations loufoques s'enchaînent, le personnel est débordé et les pensionnaires ont peu de répit. Pour tromper l'ennui ou l'attente, il est de bon ton de retrouver la joie de vivre avec le maximum d'effets et le minimum de frais. Obligation de profit et mission de soin s'imbriquent. Face à un quotidien à la fois immobile et farfelu, les personnes âgées, enfermées dans leurs univers, leurs obsessions ou leurs maladies, sont priées d'être dociles. Alors un pensionnaire comme le tonitruant Mr Bouboule sème forcément la zizanie... Le traitement cocasse et tendre souligne des réalités cruelles mais tend aussi, dans le refus de l'apitoiement de bon aloi, à une énergie jubilatoire. Le traitement cocasse et tendre souligne des réalités cruelles mais tend aussi, dans le refus de l'apitoiement de bon aloi, à une énergie jubilatoire. La maltraitance qu'on a l'habitude de souligner n'est peut-être pas celle que l'on croit... La pièce interroge plus largement sur la pertinence des maisons de retraite sachant que d'autres pays prônent une fin de vie à domicile. Où et comment mourir ? Prolongement sûrement de " Où et comment vivre ?" Les maisons de retraite ne sont-elles pas d'abord un des apanages de la société de consommation ?

 

L'Auteur(e) :

Après le roman "La fille qui marchait dans la nuit" paru aux Editions Alternatives, Isabelle Bournat oriente son écriture essentiellement vers deux axes, la poésie et le théâtre. Sa première pièce "Enfantemen"t est lue par Christian Cloarec de la Comédie Française, "Chamfort" est ensuite soutenu par France Culture et s’ensuivent de nombreuses représentations de "Homme inutile", "La passion Richelieu", "Chamfort", etc. Alternent le goût de la farce et le lyrisme, la brutalité de la langue et la louange, la contestation et la célébration.

Que ce soit concernant des questions de société comme dans "Résidence Beaurivage" comédie tendre et grinçante qui traite de la vieillesse en maison de retraite, que ce soit sur la marchandisation de l'homme comme dans Dépôt-vente ou une farce socio-politique telle que Dansons la farandole, se retrouvent une sortie du réalisme au profit d'une volonté de résistance âpre ou jubilatoire. "Mercenaires et rédemption" affirme une langue crue et poétique, en prise directe avec les questions telles que l’engagement et la responsabilité, à travers des lancées textuelles en forme de spirale.

"J’ai pris frères" est son dernier cahier de poésie, publié chez Encres Vives, après son recueil Journal d’un jeune homme égaré. Dans une recherche de dialogue avec d’autres disciplines artistiques, elle réalise de l’art-contempoème, où elle associe couleurs et mots sur des toiles, puis elle coopère avec des compositeurs et travaille à une pièce de théâtre avec chorégraphie.

 

11,00 €

  • 0,19 kg
  • disponible
  • 1 à 3 jours de délai de livraison1